24 mars 2020
Recrutement : GOOD MORNING FRENCHWEB l’Interview de Jacques Froissant (Altaïde)

Jacques FROISSANT, fin connaisseur du marché du recrutement depuis bientôt 20 ans a déjà connu 3 crises importantes qui furent des marqueurs forts du parcours d’Altaide : 11 septembre 2001, crise des subprimes 2008, épisode des pigeons 2012-13.
On l’écoute dans GOOD MORNING FRENCHWEB en compagnie d’Emmanuel Debuyck (CEO Adwanted Group), Jérome Leleu (CEO Interaction Healthcare) et Carlos Diaz (The Refiners). 
Une émission animée par Marion Moreau , Laetitia Lienhard et Richard Menneveux.

Jacques Froissant nous parle ici de la situation dans le domaine du recrutement et vous propose de nombreux conseils pour vous accompagner le mieux possible pendant cette crise.
Que faire quand on est un entrepreneur en phase de recrutement ou un collaborateur en phase d’être recruté ?

Qu’observe-tu de la part des entreprises, des candidats et des acteurs du domaine du recrutement ?

Pour les startups financées par les fonds d’investissement, là le message de ces fonds est clair : coupez tout ce qui n’est pas nécessaire et indispensable. Du coup les recrutements en cours sont stoppés.

Nos avons eu 2 phases la semaine dernière.
La 1ère où des clients nous ont dit : on met tout en stand by mais aussi des entreprises qui nous ont dit vouloir continuer. Cela nous a permis d’amener des candidats en phase finale, avec des accords de recrutement qui seront effectifs fin mai.

La 2 ème phase, après une semaine de confinement est un peu différente.
Les entreprises se rendent compte que cela ira bien au-delà des 15 jours initialement prévus.
Etant dans le flou, elles mettent tout en stand-by.

Cela concerne l’intégralité de nos missions, sauf pour des missions très particulière de cyber sécurité industrielle.
Nous savons que ces entreprises mettrons un certain temps, après cette crise pour prendre des décisions et recruter à nouveau.

Pour les entrepreneurs qui sont en fin de processus de recrutement, quelle attitude doivent-ils adopter ?

Il faut se poser les bonnes questions :
Ce poste est-il indispensable ?
Le candidat que j’ai en face de moi est-il vraiment un très bon candidat ?

En tant tant qu’entrepreneur responsable, il faut soigner la relation avec le candidat tout en restant attentiste et en appliquant l’adage « cash is king ». Ces derniers comprennent parfaitement qu’il faudra attendre la levée des mesures de confinement pour que les recrutements  soient finalisés.

Il y a aussi les cas de recrutement qui viennent récemment d’être signés , concernant des candidats qui viennent juste de signer leur contrat ou sont en période d’essai.

Nous avons d’ailleurs des candidats qui sont en poste depuis peu, compte tenu du temps et de l’énergie placés dans leur process de recrutement, ce serait une erreur de management et d’image de ne pas les garder.
Il vaut mieux en profiter pour bien les former. Imaginons la situation d’un candidat qui vient de démissionner de son précédent poste pour intégrer une nouvelle entreprise dans ce contexte de crise.
Si l’entreprise lui fait confiance, il n’en sera que plus reconnaissant et impliqué.

Quelles sont les choses à ne pas faire dans ce type de situation ?

Il faut absolument éviter de négliger d’informer ou de se contenter d’un e-mail. Il est indispensable de préserver le dialogue, de parler aux candidats, les avertir, être clair avec eux. C’est aussi une question d’image, de marque employeur pour votre entreprise.

Quelle attitude observe-tu de la part des candidats ?

Il y a une vraie prise de conscience des gens.
Les candidats comprennent bien que si ils sont déjà en poste, il est important actuellement d’attendre et de se concentrer sur l’essentiel.

Cela s’applique de la même manière pour les entrepreneurs qui vont repousser les échéances de paiement, Urrsaf…et préserver leur cash. Cette crise est toutefois particulière puisque le gouvernement met en place un important dispositif d’accompagnement financier que nous n’avons jamais eu auparavant.

Quelle est-ton expérience de sortie de crise ?

Toutes les crises ont ceci en commun que les choses ne se rajustent pas tout de suite.
En sortie de crise, il faut se remettre en ordre de marche.
On a d’autres priorités que de penser au recrutement sauf pour certains postes clefs.
Il faudra plus  probablement attendre plusieurs mois, pour une vraie reprise du recrutement.

Pour écouter l’émission (à partir de la 18ème minute si vous voulez aller directement à l’interview de Jacques) :

#frenchweb #radio #covid19

Partager

velit, quis id, Praesent Nullam vel,