22 mars 2022
Recrutement en Marketing digital : Nous allons dans le mur ! 

Sans jouer les Cassandre de mauvais augure, Jacques Froissant observateur expérimenté de l’écosystème digital, le martèle depuis un moment : « nous allons dans le mur ! »

 

Certes c’est un peu provocateur mais le reflet d’une réalité montante. Jacques s’explique dans une interview pour Visionary Marketing et décrypte au vu de son expertise et de son expérience dans le recrutement digital pourquoi nous allons vers une pénurie de talents en marketing digital.

Nous pouvions lire dans une des newsletters Altaide de décembre :

« Les startups françaises ont levé 10 Milliards d’euros en 2021 et vont recruter 15000 personnes. Bravo, mais il y a un gros MAIS…La question qui se pose et où va-t-on trouver ces milliers de développeurs ou de profils digitaux dans un marché déjà en pénurie ? »

L’ensemble des offres d’emploi dans le digital en 2021 représentent plus de 50 % par rapport à 2019 qui était déjà une énorme année.

Il s’agit d’un vrai mouvement de fond, les besoins en ressources sont énormes, pourtant nous en manquons.

 

 

Quels sont les métiers en tension ?

La pénurie touche en particulier tous les métiers liés à l’acquisition, on commence à avoir du mal à trouver des chefs de projets CRM, recruter un social media manager quand on a un minimum d’exigence devient désormais difficile.

Les candidats ne répondent plus aux annonces mais attendent que l’on vienne les chercher.

Nous sommes entrés de plein fouet dans la guerre des talents !

 

Pourquoi en est-on arrivés là ?

La Covid a été un formidable accélérateur du digital !

Pendant la pandémie, beaucoup de petites entreprises ont été sauvées grâce à leur site d’e-commerce.

Tous les métiers se digitalisent, malheureusement il y a eu trop peu de formation dans ce domaine ces dernières années.

Par exemple en marketing digital, nous ne voyons jamais aucun candidat sortir d’université !

Autre hérésie, dans certaines écoles de commerce, on enseigne le marketing d’un côté et le marketing digital de l’autre sans qu’il y ait de lien entre les deux.

 

Le digital se professionnalise :

Il y a 10 ans, un responsable e-commerce pouvait s’occuper de tout. Aujourd’hui on s’aperçoit que beaucoup de nos clients dans le e-commerce sont conscients qu’ils ne connaissaient pas vraiment leurs clients, qu’ils ne sont pas capables de les segmenter, qu’ils les relancent tous de la même manière sans s’adapter en fonction de leurs métiers.

D’où la nécessité de créer des postes spécialisés.

 

Quels sont les bons profils ?

Les étudiants qui sortent de Léonard de Vinci, de l’Etic, de l’École Supérieure du Digital ou de Digital Campus sont de bons profils.

Ils ont en face d’eux des intervenants qui sont de vrais experts qui pourront les pousser de manière pointue, qui enseignent dans la pratique, le projet.

Enfin, ces étudiants sont en alternance en entreprise plusieurs jours par semaine.

 

Quid des séniors ?

Il n’y a pas d’âge pour prendre le virage du digital !

Il faut se former, être curieux, monter en compétence. On retrouve d’ailleurs pas mal de ces profils séniors dans la tech.

 

Alors, comment les pourvoir ces 15 000 postes ?

Le risque avec la pénurie est de voir de grosses entreprises externaliser vers l’étranger pour trouver des talents.

D’autres vont former en interne, certaines entreprises ont d’ailleurs créé leur propre école. Mais il s’agit là des process longs.

 

Retrouvez l’article complet de Yann Gourvennec  ici :

https://visionarymarketing.com/fr/2022/03/penurie-de-talents-marketing-digital/

 

 

 

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *