15 décembre 2013
LeWeb 13 : LeWeb de la maturité ?

leweb 13 criteoAprès trois journées à la conférence LeWeb 2013 et bien sûr 3 soirées (cela fait partie du concept), ce qui revient dans la bouche de tous les habitués c’est la moindre densité de participants. Paradoxalement la qualité des échanges y a gagné, les participants étant moins sollicités. LeWeb 13 a donc été à l’image d’un des premiers intervenants celui de la méditation où on donne du temps au temps.

Prendre le temps de la réflexion, du partage, de l’échange c’est aussi un signe de maturité. LeWeb a 10 ans (ou presque en fait 10 éditions), son modèle a été dupliqué avec LeWeb London et copié (WebSummit Dublin…), l’environnement digital est devenu une industrie, le style de la conférence évolue. Alors on peut toujours regretter les débuts héroïques du web 2.0 et son énergie mais il faut aussi grandir.

 

Grandir c’est justement prendre du recul, réfléchir, et mûrir ses projets. Cela n’empêche pas d’y croiser de jeunes entrepreneurs plein d’idées, mais ce qui est frappant c’est leur maturité, leur niveau de réflexion par rapport à leur projet. Par exemple j’ai longuement discuté hier avec Bénédicte de Raphelis Soissan, fondatrice de Clustree un service orienté gestion des talents dans l’entreprise. Avant de se lancer à fond dans son projet, elle a fait le tour ici d’entrepreneurs expérimentés pour « challenger » ses idées. Auprès de moi, elle est venue chercher l’expérience accumulée par www.altaide.com auprès des DRH (Directeur des Ressources Humaines) des entreprises. Elle a envie de révolutionner le monde de la gestion des RH en entreprise mais pas n’importe comment donc elle prend le temps de méditer. Lors du diner Entrepreneurs organisé par Altaïde et Ommerce, j’ai vraiment eu ce sentiment en discutant avec les uns et les autres.

 

Comme le disait Manuel Diaz dans son interview bilan de la première journée, le web devient une industrie certes, mais il y a encore beaucoup d’opportunités à créer. Le terrain de jeu à venir ? le mélange, web et objets connectés. Sur le stand de France Televisions, nous y avions d’ailleurs quelques exemples comme la fenêtre connectée de vitrage dit intelligent qui affiche des contenus sur baies vitrées, fenêtres, pare-brises, vitrines. Experte en interaction sensorielle, la start-up français Sensorit et France TV, aidée du coréen LG pour la simulation, les ont imaginées et présentées.

 

L’optimisme était d’ailleurs prévalent dans les allées de LeWeb dans la lignée de l’effervescence de la Silicon Valley. Comme dit Olivier Ezratty dans son article : « Cet optimisme débridé est le différentiateur numéro un face à la déprime à la française, devant le financement, l’écosystème et tout le toutim. Le mythe de la conquête de l’Ouest est toujours actif, sous une autre forme ! »

Les jeunes entrepreneurs qui vont faire le monde de demain nous prépare un bel avenir, cela rassure !