15 octobre 2012
En direct sur Europe1 dans l'émission DCDC Thème: openspace, surdose email et tchat entre collègues.

Lundi 8/10 sur Europe 1 dans l’émission Des cliques et des claques, Jacques Froissant était invité pour rebondir sur l’article de Elsa Fayner sur Rue89 « E-mail, tchat : communiquer en silence pour mieux travailler ?« . L’émission est à réécouter ici.

 

Comme votre conversation sur Facebook a été plus complète que les quelques minutes sur Europe 1, je me permet de la retranscrire ici :
Hervé : tu abordes la mutation : outils collaboratifs > surdose d’emails ?
Jeremy : Sur le tchat entre collègues, très mauvais pour l’échange d’informations! Rien n’est mieux qu’un email!
Francis : L’explosion de certaines startups peut-être qui essaient de mimer leurs homologues en se dopant à la bureaucratie et aux organigrammes façon mille-feuille pour accuser le coup d’une mutation bien trop véloce.
Laurent : Lâcher l’émail pour les gestionnaire de projet type BaseCamp ou ApolloHQ 🙂 on révolutionne des sociétés rien qu’avec ça !
Fred : Tchat, Fcb, etc: Ça fait pauser dans le rush et c’est qd même beaucoup plus sain qu’une cigarette ou un café non? 😉
Open Space: « silence on tourne » de rigueur…
Nicolas : Hors open space le tchat peut avoir un effet positif de collaboration, en open space, c’est un outil complémentaire. Ce qui est rigolo (ou non) à observer, c’est que même des gens qui sont installés très proche l’un de l’autre utilisent le chat à mort pour communiquer, alors qu’ils pourraient très simplement se parler (ou aller prendre un café ensemble). La proximité en fait est un élément fédérateur de tchat. Dans beaucoup de sociétés le tchat est un outil qui fait parti de la culture de communication. C’est aux responsables (directeurs) de montrer l’exemple.
Jean-David On incrimine souvent les outils alors qu’ils ne sont que les accélérateurs et les amplificateurs de nos comportements. La question du « pourquoi » doit précéder celles du « quoi » et du « comment ». Et c’est là que les choses se compliquent. Car lorsque le « pourquoi » n’est pas clair ou pas partagé, le « quoi » et le « comment » deviennent futiles, inopérants et l’on tombe dans le divertissement et la distraction, la lassitude, l’ennui, l’inquiétude, l’addiction, la dépendance, la déprime, … la dépression. Bon OK, OK, je pousse un peu le bouchon (quoi que … :-). Bonne intervention !
Jeremy : Dans le rush, par definition, pas de pauses pour moi.
Mais je parlais surtout d’echange d’infos pro par le biais de tchat ce qui est a mon sens un fleau pour les grosses compagnies.
Juss : L’open Space est parfois improductif comment être isolé pour écrire un doc. C’est aussi productif parce qu’on échange plus avec les collègues. Paradoxe. On utilise le chat quand on voit que l’autre est bien concentré et qu’on ne veut pas trop le déranger – le collègue répond tjrs ou alors parce que tous les autres sont super silencieux on échange par chat. Ou le chat pour proposer un café à un collègue et non pas aux 20 autres du même open space.
Le emails: facilite la comm mais la rend difficile (paradoxe 2): on écrit trop personne ne lit jusqu’au bout. On écrit pas tout et l’info manque. On perd du temps à répondre à des emails alors qu’il suffit de se voir 5 min parfois.
Olivier : Un ordinateur, un pda peut s’éteindre mais un cerveau non. Un cerveau a besoin de repos et de sujets différents pour se regénérer, un ordinateur ou un pda non. Il ne faut jamais l’oublier
Sophie : Openspace pour certains métiers où la discrétion et la confidentialité sont demandées …:((( et email et tacht entre collègues : cela peut être une soupape de décompression :)))
Bonne émission ,
Céline: un open space c’est un peu comme les faux amis en grammaire : on te dit que ça aide à rapprocher les gens et à mieux bosser mais même si la communication parait facilitée, tu déranges relativement tes collègues quand tu échanges à l’oral (au dessus des bureaux) avec tes voisins… et tu t’isoles pour échanger mails, tchat ou échanges téléphoniques sans te lever avec le collègue a 6m de ta chaise.
malgré d’autres inconvénients, il faut avouer que ça reste un point positif pour le rapprochement entre collègues. Bon, je ne vais pas faire un roman, je pourrais t’en parler pendant 2h 😉
bonne émission Jacques !
Vincent : Juste éduquer pour ne pas forcément utiliser tous les outils de manière synchrone , le chat est fait pour ça , le téléphone aussi , pas les maïs et les réseaux sociaux ;0)

Vous pouvez continuer la conversation ici !